REVUE DE L'UNIVERSITE D'ORAN2

 

Appel à contribution pour le numéro de 2017

La mondialisation sous toutes ses facettes

                                                                                                     

La mondialisation, une fatalité ou un simple phénomène économique set social ?

La mondialisation, mais c'est quoi au juste ?

La mondialisation est un terme d'usage courant fort mais dont la signification reste obscure, souvent même parmi ceux qui l'invoquent. En effet, Jan Aart Scholte, dans cet ordre d'idées, affirme que «la mondialisation se distingue par une grande diffusion publique tout à fait dans le monde entier comme l'un des termes définissant la conscience sociale. Ce  terme est souvent distingué plus par ce qu'il n’est pas, plutôt que de ce que c'est réellement. James Rosenau confirme cette tendance quand il déclare que: « La mondialisation n’est pas la  même chose que le globalisme, ou la globalisation, qui pointe vers des  aspirations à un état final des affaires dans lequel les valeurs sont partagées par les  cinq milliards d'habitants de toute la planète, , leur environnement, leurs rôles en tant que citoyens, consommateurs ou producteurs ayant un intérêt dans l'action collective conçue pour résoudre des problèmes communs ».

Il n'est pas non plus l'universalisme des valeurs qui embrassent toute l'humanité, hypothétiquement le besoin est grand de préciser, en effet une définition  qui offre une  voie de valeur opérationnelle. Anthony McGrew affirme que la mondialisation constitue une multiplicité des liens et des interconnexions qui transcendent les Etats-nations (et par voie de conséquence les sociétés) qui composent le système mondial moderne. Il la définit comme étant un processus par lequel les événements, les décisions et les activités dans une partie du monde peuvent venir d'avoir une conséquence importante pour les individus et les communautés dans les régions très éloignées. Philip Cerny suggère en outre,  que la mondialisation redéfinit la relation entre la territorialité et l'autorité, en déplaçant l'autorité du niveau de l'Etat à des unités nationales et supranationales. Robert Z. Lawrence, est catégorique en affirmant que l'autorité à des changements sur  la mondialisation spécifiquement les contenus, local et  régional.

L'histoire économique est une divergence massive des revenus par habitant entre les pays riches et pauvres, un écart qui continue de croître. De toute évidence, une discussion sur la pertinence des ensembles de données pour les mesures de la répartition des revenus est trop limitée et ésotérique pour nos besoins. Même une lecture superficielle de la littérature des historiens de l'économie et des économistes politiques suggère qu'aucune des grandes tendances économiques identifiées précédemment sont elles-mêmes Des phénomènes économiques inhérents à la libéralisation, la déréglementation, etc.

Qu'est-ce qui  peut-être unique au sujet de ces phénomènes, et justifier ainsi une distinction entre la mondialisation et ses prédécesseurs économiques, est leur cluster, la portée et le domaine. Ces collections d'événements n’ont jamais eu lieu dans un tel volume, avec une telle ampleur, avec une telle rapidité, et sur une telle base systématiquement liée.  Alors que nous avons vu la réforme du marché et le retrait de l'État dans le passé, ils peuvent ne pas avoir été couplés avec l'explosion simultanée de l'investissement étranger direct, la croissance de l'institutionnalisme multilatérale, et la propagation de la démocratie. La mondialisation caractérise donc une intensification de la  liaison d'un certain nombre de vieux processus plutôt que le développement d'une nouvelle.

La mondialisation en tant que phénomène technologique et  social :

Il serait négligent de ne pas tenir compte d'une plus extrême théorique perspective qui est la vue que nous assistons à un changement décisif du capitalisme industriel selon une conception postindustrielle des relations économiques. Les mêmes phénomènes économiques identifiés précédemment sont importants non seulement parce qu'ils représentent un groupe unique d'activité, mais parce qu'ils représentent une nouvelle forme d'activité. Ce point de vue représente une révolution frappante parmi les élites techno-industrielle, tirée principalement par les progrès technologiques, qui rendent finalement le monde entier un seul marché. Ceci est une vision globale et complexe: la production intégrée à l'échelle mondiale; des marchés spécialisés mais interdépendants du travail; de la privatisation rapide des biens de l'Etat; et le lien indissociable de la technologie, font valoir que nous assistons au développement d'un ensemble de «nouvelle économie». Un changement paradigmatique se déroule qui influe sur la façon dont nous pensons à une variété de social et de relations économiques.

Sous la mondialisation, le temps a  peu de sens. L’Espace, en outre, a été comprimé en raison du développement technologique, bien que l'effet de cette compression peut être d'améliorer l'hétérogénéité, capturée dans la notion de «globalisation». Voici une vaste réorganisation des activités économiques qui est en cours au niveau régional / local, tandis qu'une explosion de l'information / communication et produits / services flux se produit dans les villes, les régions et les nations. Bien que le terme «globalisation» est souvent associée à la mondialisation, il y a un différend quant à savoir si les deux sont gratuits ou en tension avec l'autre. L'idée que globalisation est la localisation des relations économiques et politiques, en déplaçant l'autorité du niveau national vers le bas d'une manière qui améliore les réponses à la mondialisation, les conflits avec les alternatives point de vues qui suggèrent que les deux sont dialectiquement opposées.

Une source de tension réside dans l'idée que la mondialisation souligne l'importance de la géographie tout en reconnaissant que la globalisation comme processus qui renforce comme une contre-tendance. Nous avons identifié des  solutions de rechange que tous reconnaissent : l'interaction entre l'économie, la politique et la culture. Mais, tout en reconnaissant l'importance de toutes ces caractéristiques, ils ont tendance respectivement vers les définitions qui emploient (quoique certes grossièrement déclaré) essentiellement en accord avec quatre approches distinctes; la première  étant historique, la deuxième économique, sociologique, la troisième et la quatrième technologique. Bien que la variation au sein de chaque approche existe, avec des zones remarquables de chevauchement, le point central est compatible avec chacune de ces approches distinctes.

En outre, comme nous nous déplaçons à travers les quatre formulations nous rencontrons trois tendances. Tout d'abord, les quatre définitions sont systématiquement intellectuellement des interprétations ambitieuses, décalage du descriptif par rapport à l'analytique. Deuxièmement, les quatre approches sont de plus en plus révolutionnaires dans leur analyse de l'effet de la mondialisation sur les relations économiques et sociales. La première délimite les changements politiques et économiques modestes dans les relations entre les superpuissances et les relations contractuelles entre le capital et le travail. La dernière , en revanche, suggère finalement un changement paradigmatique dans les relations politiques, économiques et sociaux. Enfin, la substance et (potentiellement) la géographie du domaine de la mondialisation élargit de façon spectaculaire, à partir d'une approche historique qui est limitée aux relations politiques et économiques dans les pays industriels avancés et entre les dirigeants de ces derniers et les principales  (anciennes) puissances communistes à , encore une fois, un ensemble plus large de relations avec une portée véritablement mondiale.

Les Sciences de la Terre et la mondialisation

Domaine : Sciences de la terre

La mondialisation soulève pour l’avenir de la recherche dans le domaine des sciences de la terre tout un ensemble de questions organisationnelles, économiques, politiques, et  éthiques qui sont déterminantes. Les sciences de la terre sont représentées par des disciplines vastes et plurielles (pétrologie, sédimentologie, paléontologie, géochimie, géochronologie, climatologie, hydrogéologie, géotourisme...). Comme toutes autres sciences elles sont basées sur un axe fondamental et un axe appliqué.  L’origine de la terre,  de l’univers, de la vie et de leurs évolutions, les sources d'énergie, le  changement climatique, les diverses facettes de la pollution, les risques naturels, autant de thématiques dont les dimensions s'emboîtent du local à l'universel, du microscope au satellite et du minéral à l'organique vivant ou fossile.

La compréhension de nos origines dans cet univers passe par l’étude de roches extra-terrestres (météorites). Elles constituent un enjeu scientifique important dans la communauté internationale, c’est un domaine particulièrement concurrentiel au niveau mondial.

Les processus qui régissent la composition de l'atmosphère et le mécanisme des interactions entre les grands compartiments de l'écosystème mondial (atmosphère, hydrosphère, biosphère et géosphère) qui déterminent la réponse climatique aux contraintes internes et externes sont encore loin d’être  compris. L’analyse et l’étude des biorestes (paléontologie) combinées à la géochimie  permettent ainsi l’élaboration de modèles permettant de faire des projections valables pour l'avenir à partir des variations climatiques du passé.

La recherche et l’exploitation de nouveaux gisements de substances utiles représentaient les principaux objectifs de cette discipline. Actuellement, ces objectifs ont évolués marquant ainsi les prémices d’une mutation. Les changements climatiques et l’introduction  massive de gaz à effet de serre dans l’atmosphère conduit à la fois à multiplier les recherches dans le domaine du climat et à explorer très activement la possibilité d’utilisation de formes d’énergie moins polluantes.

  La mondialisation dans le domaine des Sciences de la Terre, c'est l'héritage exploité, convoité, partagé ou non, et que nous devrions comprendre, rationaliser, sauvegarder et surtout le pérenniser pour les générations futures…Enfin, opté pour le développement durable sans compromettre l'instant. 

Formation Universitaire et Maintenance

Domaine : sciences et technologie

La  maintenance  industrielle  est  devenue  un  enjeu  clef  pour  la  durabilité  des  machines  et  des  installations mécaniques ainsi que pour l’accroissement de la productivité des unités de production. En réalité les surcharges d’utilisation des équipements industriels peuvent entraîner des défaillances précoces bien avant la date optimale prévue par l’échéancier, ceci constitue une sérieuse limite de la maintenance préventive systématique. C’est pourquoi pour les systèmes mécaniques  où  la  sécurité  est  de  grande  importance,  la maintenance conditionnelle doit être appliquée afin d’intervenir dès qu’un indicateur atteint un seuil prédéfini au  préalable.  Bien  que  le  problème  de  ce  type  soit  la  prédéfinition  de  ces  seuils,  plusieurs  méthodes  et techniques sont utilisées et constituent actuellement le pilier d’une stratégie de maintenance moderne.

Les entreprises algériennes s’intéressent peu à la normalisation de leurs produits et processus de production. Pour preuve, sur les 7500 normes algériennes existantes,  uniquement 10% sont actuellement adoptées par les entreprises.la normalisation est une responsabilité partagée entre les autorités et les chefs d’entreprises. Elle est l’une des exigences fondamentales pour l’accession de l’Algérie à l’OMC, d’où la nécessité de faciliter le processus et mettre cette question au centre des préoccupations aussi bien des pouvoirs  publics que des chefs d’entreprises. Dans  le  domaine  de  la  normalisation,  l’Algérie  a  un  grand  retard   à   combler   vu   que   le niveau des activités de normalisation  demeure  très  faible.  Au  plan  opérationnel,  l’entreprise  algérienne  n’a pas  encore intégré, convenablement. Trois  raisons  expliquent  cet  état  de  fait  :  l’absence  de  compétitivité  et  de  concurrence  entre  produits,  le  faible  intérêt accordé à la fonction qualité par les gestionnaires et, enfin, la faiblesse voire l’inexistence du contrôle au niveau de la production. Les  normes  technologiques  sont  désormais  parmi  les  indicateurs  essentiels  dans  la  gouvernance  mondiale  des  technologies  éducatives. Ces normes ISO ont pour but d’établir la confiance. Lorsque des produits ou services respectent les spécifications ou exigences d‘une norme ISO, la confiance est créée. Ces caractéristiques sont notamment la qualité, l‘écologie, la sécurité, la fiabilité, la compatibilité, et surtout  l‘efficacité. La  maintenance  industrielle  à travers la formation dispensée au sein de notre Institut IMSI de l'Université Oran2 avec ces trois départements, à savoir l'instrumentation, la sécurité et l'électromécanique, est  devenue  un  enjeu  clef  pour  la  durabilité  des  machines  et  des  installations mécaniques ainsi que pour l’accroissement de la productivité des unités de production et partant de la compétitivité des entreprises.  Plusieurs  méthodes  et techniques sont utilisées et constituent actuellement le pilier d’une stratégie de maintenance moderne. Parmi ces méthodes, quelques sont dispensés au sein de notre institution.

La question centrale qu’il serait intéressant de poser est la suivante :

ü  Quelles conditions préalables doivent être réunies pour une mise en œuvre de ces méthodes outils, techniques propres à la maintenance au sein de l’entreprise Algérienne (Publique, privée, petite, moyenne et grande).

ü  Parmi ces conditions, l’une concerne spécialement l’IMSI, à savoir le type de formation à proposer pour des réponses adéquates aux problèmes de maintenance  (et donc de qualité, par conséquent de compétitivité) vécus par l’entreprise algérienne.

Répondre à ce genre de questions, permet d’élaborer un  apport  de l’université dans  le  domaine  de  la  maintenance.

Les contributions qui proposent des réflexions en dehors de la thématique de la mondialisation sont les bienvenues. Le dernier délai pour la réception des textes est fixé au 01 mai 2017.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

الورقة الخلفية للدعوة للكتابة في

العولمة

الحقيقة والأبعاد

تعتبر العولمة مجرد تصور استراتيجي لنظام عالمي جديد، يقوم ظاهريا على مقولات الإبداع العلمي والتطور التكنولوجي وتسريع شبكة الاتصالات بغية إزالة الحدود بين شعوب العالم، أي تحويل العالم إلى مجرد قرية كونية تمتد حدودها التواصلية إلى أقصى بقعة في الأرض. كما تهدف إلى عولمة المعرفة والشهادات العلمية، وتكوين إنسان عالمي يخضع لثقافة المواطنة وحقوق الإنسان.

بيد أن التعريف الباطني يكمن في مفهوم الهيمنة والسيطرة الرأسمالية على العالم، أي أمركة العالم ووضع التاريخ الإنساني في أفق النهايات المُعلن عن في خطابات أنصار النهاية.

  تتخذ العولمة عدة أشكال متجانسة مع هندستها العامة، فالعولمة السياسية هي أهم أيقونات العولمة، والتي تحاول دمقرطة العالم بأسره عن طريق الترويج للديمقراطية الغربية المُتخمة بمقولات الحرية والعدالة وحقوق الإنسان. ويبدو أن هذا التوجه هو جوهر العولمة، فدمقرطة العالم تتجه نحو تسريع موجات العصيان المدني والتغيير عن طريق المدالثوري لأنظمة الحكم المستبدة في العالم غير الرأسمالي، وهو ما نشاهده يحدث منذ مطلع الألفية الثالثة.

    وتعتبر العولمة الاقتصادية ثاني أيقونة، فالرسملة تتيح لأنصار الاقتصاد الحر توسيع هيمنة الشركات متعددة الجنسيات على ثروات العالم من خلال حرية التجارة وحركتها الطبيعية، ويصبح العالم كله عبارة عن سوق واحدة تخضع للمعايير نفسها، ولأليات ذاتها، مما يتيح مساحة أوسع للنشاط التجاري، ويُسرع حركة الأموال والأشخاص.

   تبدو العولمة الثقافية والاجتماعية أكثر أشكال العولمة انحسارا نظرا لطبيعة كل من الثقافة والمجتمع، فالخصوصية والهُوية تحدان من عولمة الثقافة وتذويب المجتمع في نمط شمولي كوني، لأن التميز الثقافي والاجتماعي سيظل أحد مميزات الإنسان عبر التاريخ.

   ومن خلال ما سبق، فإن محاور الملف تكمن فيما يأتي:

1-     العولمة وصراع الهُويات.

2-     العولمة ومقولات النهاية.

3-     العولمة والتاريخ.

4-     العولمة ومصير الإنسان (البعد السوسيولوجي، السيكولوجي، الديمغرافي، الديني ......)

إشكالية العولمة من منظور العلوم القانونية

يهدف العدد المقبل من المجلة العلمية لجامعة وهران 2 إلى دعوة القانونيين إلى إبراز توظيف العولمة كحصان طروادة في تمكين الاختراق الهوياتي عبر قوانين الأسرة ومحو السيادة من خلال جملة من التشريعات والتوصيات الدولية ذات الطابع الاقتصادي تتجلى في عدد من العلاقات التصادمية بين إكراهات المثاقفة القانونية من جهة والهويات الوطنية من جهة أخرى. إن إن قوانين الأسرة الإسلامية مثلا (الأحوال الشخصية) وإن أصر واضعوها على إسلامية مصدرها، فهي لا تخلو من آثار التوغل "الحداثي" بحجة قطعية الأدلة العلمية وضرورات التطور وإكراهات التجانس الدولي. إنها معالم الخطوات الأولى نحو الانسياق لتعاليم النمطية الجديدة التي أفرزتها عدد من الاتفاقيات الدولية كاتفاقية القضاء على جميع أشكال التمييز ضد المرأة (سيداو) واتفاقية الأمم المتحدة لحقوق الطفل (20نوفمبر1989)، هذا ناهيك عن الكم الهائل من الإعلانات الدولية ذات الطابع التجاري... التي يخطط لها الغرب بشكل غير مباشر لإرساء منظومة علمانية للنظام العالمي يراد منه أن يكون النموذج الأوحد والمهيمن في العالم، تضمحل فيه الهويات وتذوب داخله الخصوصيات والقيم.

إن ما ترمي إليه العولمة اليوم من خلال قواعدها المنظمة للنشاط الإنساني هو نشر وإرساء ثقافة كونية جديدة واحدة، وما ذلك في الحقيقة إلا صورة من صور تفعيل مفهوم العولمة، ليس كآلية من آليات تطوير الرأسمال –كما يفهمه البعض- بل كإيديولوجية ونمط حضاري هيمني يتعدى حدود الدول.

هذه بعض العناصر المقترحة للأسرة الجامعية للنقاش والبحث حسب معايير جدّة الفكرة، ومتانة الصياغة، وملاءمة الفكرة لمقاصد المجلة الناشئة.

يرحب فريق التحرير بالأوراق خارج هذه الإشكالية على أن ترسل إلى العنوان الالكتروني للمنسق قبل تاريخ 01 مايو 2017

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Télécharger l'Appel à contribution pour le numéro de 2017 - La mondialisation sous toutes ses facettes version Word

 

 

Contactez nous

Université D'Oran 2 Mohamed Ben Ahmed 

B.P 1015 El M'naouer 31000 Oran , Algérie 

 Rectorat : +213(0) 41 64 81 37